La cellulite

La cellulite

La cellulite ou DNITC = dystrophie non inflammatoire du tissus conjonctif ou POFS = paniculopathie œdémateuse fibro-scléreuse

Mais savez-vous exactement ce qu'est la cellulite? Pourquoi en avez-vous et d'autres pas? Quelles sont les causes? Et quelle sont les solutions?

Et bien je vais tout vous expliquer!

1. Taille de la cellule

Afin de bien comprendre et de traiter correctement la cellulite, il faut tout d'abord comprendre la/les cause(s).

Il y a plusieurs problématiques possibles qui interviennent dans la formation de la cellulite. 

2. Compression du système lymphatique

Ces adipocytes compactés compressent les vaisseaux sanguins et lymphatiques. 

Cet amas de cellules bloque la circulation des graisses et des toxines, et crée une inflammation. La structure du derme se modifie, la peau n'est plus lisse : on dit qu'elle a un aspect « peau d'orange ». C'est le cas typique de la cellulite adipeuse.

La cellulite apparaît quand les adipocytes sont gorgés de graisses et sont hypertrophiés.

Ils peuvent multiplier leur taille de 10 à 50 fois. C’est la phase hypertrophique.

Si l’apport en graisse ne baisse pas, les adipocytes hypertrophiés finissent par se diviser et se multiplier. Ils sont capables de se multiplier par 10. C’est la phase hyperplasique.

3. Oedèmes

Par ailleurs, la rétention d'eau favorise la formation de la cellulite. L'eau qui s'infiltre dans les cellules graisseuses compactées n'est plus drainée et fait gonfler les cellules. La rétention d'eau peut-être liée à une mauvaise circulation veineuse ou lymphatique. On parle alors de cellulite aqueuse.

Le problème n'est pas qu'il y a trop d'eau mais qu'elle s'accumule dans certains tissus.

4. Fibrose

Les toxines se stockent et ne peuvent plus être éliminées correctement à cause de la compression du système lymphatique. Ces toxines oxydent le tissu conjonctif. Par conséquent, les fibres de collagène qui entourent les adipocytes se rigidifient et emprisonnent les cellules graisseuses. Elles deviennennent alors difficiles à déloger. La peau est moins élastique et douloureuse au toucher. C'est la cellulite fibreuse.

5. Eau

Comme dit plus haut, la présence d'oedème ne veut pas dire qu'il y a trop d'eau mais le problème est qu'elle s'accumule dans certains tissus. Et au contraire, dans la plupart des cas, il y a un problème de déshydratation. D'où l'importance de boire suffisamment et d'avoir un taux hydrique correcte afin de pouvoir éliminer correctement les acides gras.

Les différents types de cellulite:


La cellulite aqueuse

La cellulite aqueuse (dite aussi d'infiltration)
Légèrement visible, elle est souple et chaude. Elle est généralement due à des problèmes circulatoires. Le système veino-lymphatique est atteint.
La sédentarité est sa meilleure alliée. Un cas de cellulite sur trois relève d'un problème de circulation lymphatique.. Les troubles de la circulation se révèlent à travers plusieurs symptômes : sensibilité aux bleus sur les jambes, marbrures sur la peau, varicosités, sensation de jambes lourdes, fourmillements ou impatiences dans les jambes et la rétention d’eau.

Cette forme de cellulite est la plus difficile à traiter car elle ne pourra se résorber qu’avec une résolution des problèmes lymphatiques et circulatoire. 



La cellulite adipeuse

Elle apparait suite à une modification du mode de vie. Excès de graisses dans l'alimentation et manque d'activité sont souvent à l'origine de cette cellulite molle et non douloureuse qui se situe en particulier sur les hanches et la culotte de cheval.
Il s'agit d'une cellulite purement graisseuse. Souvent associée à un problème de surpoids.



La cellulite fibreuse ou indurée

Ellle est dure au toucher, froide et elle présente une teinte violacée, ainsi qu'un aspect peau d'orange prononcé. Douloureuse au pincement, elle est symptomatique d'une cellulite profonde et compactée, généralement ancienne. Elle est due au durcissement des fibres de collagène qui entourent les adipocytes et est d'autant plus dure à déloger étant donné que les graisses seront difficiles à mobiliser.